Ca fait du bien d’écrire au fil des années ce qui a été accompli pour se rappeler qu’on avance. J’écris avec un recul de 3 ans mais je vais tenter d’être le plus fidèle possible à ce qui a été expérimenté cette année.
Je viens de démissionner de la librairie où je travaillais en temps plein, on est en janvier.
Voici :

– ma première session de saponification collective (proposée par mon ami Laurent) s’est déroulée dans la joie et le froid le 19.11.2016… la graine était semée.
– ma première fabrication toute seule s’est déroulée le 24 février 2018, j’ai bien pris mon temps et bien flippé avec la soude caustique, que j’ai manipulé à l’air libre sur mon tout petit balcon, à Anderlecht.
– l’idée de mouler les savons vient rapidement. J’utilise (et condamne par la même occasion) mes moules à gâteaux.
– je commence à noircir des carnets d’idées, j’essaie de voir ce qui se fait déjà pour trouver mon identité, je cherche un nom (déjà), ma mère propose « Mill’bulles » pour jouer avec mon prénom.
– je me forme en aromathérapie et j’en ressors diplômée
– j’apprends très vite que vendre du savon ne va pas se faire à la volette sur la plage entre deux coquillages, qu’il va falloir réglementer tout le bazar. Je prends super peur, ça remet beaucoup de choses en question…
– je teste des colorants, je cherche des huiles essentielles à la fois pertinentes et un peu originales… il y en a peu mais il y en a.
– je dessine beaucoup, je colle des logos pour m’inspirer.
– je m’associe avec une amie à l’époque, on part sur Dudule et Gaspard, imaginant des savons super fun type années 80 et des pubs dans le même décalage.
– je me retrouve à nouveau seule, et j’essaie de carburer : SNOAP fait son apparition, snail + soap, mon petit logo est dessinée avec mon trait d’enfant.
– une petite pièce de l’appartement se remplit de mes propres savons, certains ne seront jamais renouvelés, d’autres font un joli effet.
– je les mets en scène en faisant mille photos
– je lance même un début de site internet, dans ma fougue et mon enthousiasme. Je fais tester mes produits à qui je peux.
– je sais que je vais quitter Bruxelles début 2019, et bouger à Gesves…

La suite au bilan 2019.